SUD CAM - CREDIT AGRICOLE MUTUEL
Thèmes associés : L'emploi s'érode dans la banque; communication syndicale. Syndicat sud.

|
Accueil Syndicat SUD CAM CMDS  Actualité  L'emploi s'érode dans la banque

L'emploi s'érode dans la banque

Jeudi 14 juin 2018 à 15h58
Catégories : CREDIT AGRICOLE, Revue de presse

Le secteur bancaire a détruit près de 4.000 emplois l’an passé. Cette baisse du nombre de salariés s’accompagne d’une mue en profondeur, avec une hausse de la proportion des cadres.

Ce n'est pas un effondrement, mais l'érosion est indéniable. La banque employait en France près de 383.000 personnes en 2011. Six ans plus tard, le décompte s'arrête à 366.200 salariés, selon les chiffres publiés ce 13 juin par la Fédération bancaire française (FBF). Sur l'an passé, le solde entre les départs et les embauches révèle la destruction d'environ 4.000 emplois, soit une baisse de 1,2%. Pas anodin pour ce secteur qui est l'un des plus importants employeurs privés du pays. Ce solde provient notamment d'une vague de départs parmi les établissements mutualistes : 26.000 l'an passé contre 23.600 embauches.
 
La baisse de fréquentation des agences, conséquence du développement de la banque en ligne qui renvoie sur l'informatique et les clients une partie des taches, se traduit donc bel et bien par une baisse globale de l'emploi. Autre signe de la relative instabilité qui a saisi le secteur : les démissions ont concerné 36% des départs de personnels en CDI, en hausse de près de 5 points sur une année, devant les retraites (29,3%). Fini le temps où les banquiers faisaient toute leur carrière dans un même établissement.
 
Horizon démographique incertain
 
Un élément à l'horizon peut renforcer les inquiétudes : si la courbe démographique permet aujourd'hui encore d'adoucir les restructurations, la situation ne devrait pas durer. En 2017, dans les banques commerciales (BNP Paribas, Société Générale, etc.), les retraites représentaient un tiers des départs. " Cela a permis d'accompagner les réorganisations sans en passer par les plans sociaux ", relève André-Guy Turoche, directeur des affaires sociales de l'Association française des banques, qui regroupent ces établissements non-mutualistes. Mais il reconnaît que le flux de sortie de la génération du baby-boom va se tarir " d'ici quatre ou cinq ans ". A cette échéance, il faudra sans doute en passer par des départs contraints.
 
Attaquée par les taux bas qui rongent les marges mais aussi les fintechs et l’intelligence artificielle, la banque sera-t-elle la sidérurgie de demain ? « Cela fait trente ans que des experts nous promettent un tel sort, relève Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF. Et pour l’instant nous en sommes loin. »
 
Des métiers d'avenir
 
Même sous pression, le secteur conserve effectivement des attraits. L’an passé, la fédération professionnelle a comptabilité un total de 42.000 recrutements. Deux sur trois se sont faits dans le cadre d’un CDI - alors que sur le marché du travail, ce ratio est de deux sur dix. En outre, si les emplois peu qualifiés (comme celui des agents d’accueil) baissent, les diplômés sont eux de plus en plus nombreux en proportion. « Les métiers de la conformité et de l’informatique bancaire sont clairement des métiers d’avenir », souligne Marie-Anne Barbat-Layani. L’an passé le premier a représenté 9% des embauches en raison de la nécessité pour les établissements d’intégrer une régulation bancaire de plus en plus stricte. Et l’informatique comptait pour 15% des recrutements. En cinq ans, la proportion de cadre s’est accrue de 8 points pour atteindre 63%. La décroissance de l’emploi n’est que l’un des symptômes d’une mue en profondeur du secteur.
 


Sud Cam
Crédit Agricole Mutuel
Charente-Maritime Deux-Sèvres
Icone de Facebook
RSS
SUD CAM - CREDIT AGRICOLE MUTUEL
12 Boulevard Guillet Maillet
17100 Saintes - Contact
  Plan du site | Mentions légales | © Syndicat Sud 2018
agence web