SUD CAM - CREDIT AGRICOLE MUTUEL
Thèmes associés : Michel Lucas. Le patron du Crédit Mutuel fait une méchante guerre contre les Echos car communication syndicale.

|
Accueil Syndicat SUD CAM CMDS  Actualité  La méchante guerre du Crédit Mutuel contre les Echos

La méchante guerre du Crédit Mutuel contre les Echos

Dimanche 06 janvier 2013 à 11h23
Catégories : FRANCE, Revue de presse

Michel Lucas, le patron du Crédit Mutuel a pris le contrôle, en quelques années, des principaux quotidiens de presse régionale de la Lorraine aux Alpes. Un gros annonceur qui vient de faire trembler Les Echos, lorsque le journal avait dévoilé le salaire du banquier le mieux payé de France. Enquête de Tatiana Kalouguine, journaliste et blogueuse.
 
Ce 6 mai 2009 au matin, Michel Lucas manque de renverser son café en ouvrant Les Echos. Dans les pages Finances de son quotidien favori, son nom s’étale en lettres grasses : « Rémunérations 2008 : Michel Lucas, dirigeant de banque le mieux payé de France ». L’article en question est accompagné d’un tableau où l’on peut lire que ses revenus (1,37 millions d’euros) ont été cette année-là supérieurs à ceux de Beaudoin Prot et de Frédéric Oudéa, les emblématiques patrons de BNP Paribas et de la Société Générale qui, en pleine crise, avaient alors renoncé à leurs bonus… 
 
Le sang du directeur général du Crédit Mutuel-CIC ne fait qu’un tour. Papy, 70 ans au compteur, s’apprête à célébrer le 150e anniversaire du CIC le lendemain même, salle Gaveau à Paris. Il se serait bien passé d’une telle publicité avant sa (dernière?) grande sauterie.
 
C’est donc tout naturellement qu’il demande à un bras droit de téléphoner aux dirigeants des Echos, Henri Gibier, directeur de la rédaction et Nicolas Barré, le directeur délégué, pour exiger un rectificatif. Selon lui, le salaire indiqué dans l’article inclut une part variable (bonus) d’environ 200.000 euros, tandis que les autres patrons sont comparés sur leurs seuls salaires fixes. Dans ce cas en effet, Lucas ne devrait arriver qu’en seconde position – et ne pas faire les gros titres.
 
Or l’homme de main de Lucas n’apporte aucune preuve de l’existence d’un tel bonus, qui d’ailleurs n’apparaît nulle part dans le rapport annuel 2008 du groupe*. Aux patrons du journal, il ne se prive pas en revanche de rappeler que le groupe Crédit Mutuel-CIC est le premier annonceur des Echos et aussi l’un de ses principaux clients en nombre d’abonnements.
 
Devant une pression aussi grossière, comment réagit une rédaction en chef sensée ? Elle diffuse sans tarder le rectificatif dans l’édition du lendemain (Les Echos du 7 mai 2009) avec un texte qui, au passage, contredit les données du rapport annuel de la banque. Les lois du pragmatisme journalistique par temps de crise, coco.
 
Manque de bol, les menaces du Crédit Mutuel sont quand même mises à exécution quelques semaines plus tard, comme l’annonce Le Canard Enchaîné du 13 janvier :
 
1) suppression de 1.200 abonnements du Groupe Crédit Mutuel au quotidien Les Echos (soit 2% de ses abonnés, selon Le Canard)
 
2) retrait de toutes les publicités des enseignes Crédit Mutuel et CIC dans les colonnes du journal
(Je vous laisse libres de tirer la morale de cette jolie fable).
 
Un patron de presse ému par sarkozy
Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Car, rappelez-vous, c’est le jour du grand raout salle Gaveau. Or l’honneur de Michel Lucas est sauf, et c’est bien cela l’important.
 
Et justement, qui pointe son nez à la fiesta du soir ? Nicolas Sarkozy en personne. Eh oui, « deux ans et un jour après sa réélection [le président] est de retour salle Gaveau en qualité d’invité d’honneur de la soirée marquant le 150 e anniversaire de la première banque de dépôt française », s’exclame le journal L’Alsace, propriété du Crédit Mutuel Centre-Est Europe.
 
Une soirée inoubliable. « Manifestement ému », Michel Lucas encense Sarkozy, le pourfendeur de la crise financière : « Vous avez su saisir le taureau par les cornes, mobiliser les chefs d’État et les gouvernements européens au moment opportun (…) Nous partageons les mêmes valeurs, notamment la volonté de bousculer les vieux schémas », rapporte encore L’Alsace.
 
Rappelons que le Crédit Mutuel a bénéficié d’une aide de 1,2 milliard d’euros de notre gouvernement remboursée en octobre 2009, soit cinq mois après notre belle soirée.
D’ailleurs l’enthousiasme se ressent aussi du côté du président de la République qui tient à honorer Michel Lucas, « un homme droit, compétent et courageux », « un homme de caractère », comme le souligne le quotidien Le Progrès autre titre contrôlé par le Crédit Mutuel. 
 
Bref, on le voit, Michel Lucas est aimé de la presse et ce n’est que justice car Michel Lucas aime les journaux, d’un amour quasi-obsessionnel.
 
Vous pensiez que le Crédit Mutuel Centre-Est Europe (qui fédère les caisses du Crédit Mutuel d’Alsace, de Lorraine, de Champagne-Ardenne et de Bourgogne, mais aussi du Sud-Est, de Savoie et de l’Ile-de-France) était un groupe bancaire ? Vous aviez raison. Mais c’est aussi le premier groupe de presse quotidienne régionale de France, devant le groupe Ouest-France.
Un groupe de presse rêvé, désiré et constitué bloc après bloc par un architecte obstiné, Michel Lucas.
 
Déjà propriétaire du Républicain Lorrain (Metz) et des quotidiens L’Alsace et Le Pays (Mulhouse), le Crédit Mutuel a finalisé en septembre dernier le rachat de 100% du capital du groupe Ebra (Est Bourgogne Rhône-Alpes) auprès de l’octogénaire et millionnaire patron de presse Gérard Lignac. Ebra contrôle entre autres les titres Le Courrier de Saône et Loire, Le Bien Public, Le Progrès ou Le Dauphiné Libéré.
 
Cet achat, il l’a réalisé grâce à une jolie manip’ comptable : Gérard Lignac avait souscrit une dette auprès du Crédit Mutuel en 2006 lors de la création d’Ebra (la banque se retrouvant donc à la fois « en haut » et « en bas » du bilan, comme on dit dans le jargon financier). Devant son incapacité à rembourser, eh bien le Crédit Mutuel a tout simplement exigé les 51% qui lui manquait dans capital du groupe de presse. Barbatruc! Transformer une dette en actions, il faut être sacrément fortiche… ou s’appeler Michel Lucas. 
 
Une réussite presque totale. Car deux titres importants de PQR ont échappé au Crédit Mutuel dans la transaction : L’Est Républicain (ER) et les Dernières nouvelles d’Alsace (DNA). Ces deux quotidiens phares (mais néanmoins déficitaires ) sont restés sous le contrôle de Gérard Lignac en raison du blocage d’un autre actionnaire minoritaire, le Groupe Hersant Média (GHM). Je n’épilogue pas là dessus, on en aurait pour des heures.
 
Mais ce n’est que partie remise. « Le Crédit Mutuel possède 18% de notre capital et on a bien compris qu’à terme il prendra le contrôle » de l’Est Républicain, affirme Eric Barbier, délégué syndical du journal. Bien vu! « Sachant que le pacte d’actionnaires qui pose problème (sic) disparaîtra en 2012 (…) ce troisième périmètre devrait devenir la propriété de la BFCM (Banque Fédérative du Crédit Mutuel) après 2012 ou avant, si accord avec GHM Hersant Médias » , déclarait en personne Michel Lucas le 4 janvier dernier lors du CE extraordinaire du Journal de Saône-et-Loire.
 
Des journaux, canons à pub
Loin de moi l’idée de critiquer cette tendance des grands patrons français à toujours vouloir prendre possession des médias. Bien au contraire, tout le monde sait qu’à l’heure actuelle il faut aller chercher les sous là où ils sont : dans l’armement, l’industrie du luxe, la VPC, le transport international ou la banque. Quand on est capable de gérer une boîte qui fabrique des sacs en cuir fait main et les vend à tous les riches de la planète, je ne vois pas en quoi on ne pourrait pas s’occuper d’un quotidien national, voire même d’une radio. 
 
D’ailleurs, certains salariés des rédactions de l’Est appellent de leurs vœux l’actionnaire Crédit Mutuel, seul capable à leurs yeux de remettre en selle leurs journaux en déroute. « Le Crédit Mutuel peut débloquer des fonds propres, tandis qu’Hersant n’a pas les reins assez solides », admet même le syndicaliste Barbier. D’un autre côté, en cas de mainmise du Crédit Mutuel, il craint « un risque de mutualisations tous azimuts. »
 
Chez Filpac-CGT, on joue de l’ironie grinçante (« Adresse à Michel Lucas ») : « La présence du Crédit Mutuel doit sonner comme un signal d’essor de l’information, pas de sa régression sous forme de groupe centralisé, où les titres seraient gérés comme autant d’agences bancaires (…) Personne n’imagine qu’une banque aussi avisée, qui s’est sortie avec autant de talent de l’effondrement des marchés financiers, bénéficiant de la confiance et du soutien de l’Etat, base sa présence extensive dans la presse dans le seul but de faire du profit. » Mauvaises langues!
 
Dire qu’il se trouve même certains salariés pour rejeter en bloc la perspective Lucas. Comme Pierre France, journaliste aux DNA, qui décrit le scénario catastrophe sur son blog : mise en place d’imprimeries communes (« une hérésie comptable »), regroupement des services informatique de tous les journaux (uniformisation des maquettes), création d’une énorme régie publicitaire pour faire grimper les tarifs, diffusion des journaux dans les agences bancaires… Et pourquoi pas une vague de suppressions de postes (comme lors du dernier plan social au Progrès), le regroupement de plusieurs titres, ou encore la transformation des journaux en canon à pub pour les agences de « LA banque à qui parler », tant qu’on y est ? 
Quels ingrats, ces confrères de l’Est de la France. Michel Lucas propriétaire de journaux, mais aussi banquier et annonceur : cet homme est au contraire une vraie bénédiction pour notre métier en déclin. Ces journalistes devraient savoir que leurs fragiles entreprises seront gérées dans le plus pur respect des valeurs mutualistes : liberté, solidarité, démocratie… indépendance !


Sud Cam
Crédit Agricole Mutuel
Charente-Maritime Deux-Sèvres
Icone de Facebook
RSS
SUD CAM - CREDIT AGRICOLE MUTUEL
12 Boulevard Guillet Maillet
17100 Saintes - Contact
  Plan du site | Mentions légales | © Syndicat Sud 2022
agence web